• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Echantillonnage - Souches Fuasarium Graminearum. © Inra, A. Girard

La construction de la première carte génétique haute densité chez Fusarium graminearum - Work in progress #5

F. graminearum est un des champignons pathogènes majeurs affectant les cultures céréalières et notamment le blé et le maïs. Au-delà des dommages qu’il engendre en terme de baisse de récolte, ce champignon produit également des molécules toxiques pour l’homme et l’animal. Ces mycotoxines, non détruites par les processus agroalimentaires  peuvent être retrouvées en quantité  non négligeable dans les produits céréaliers, les rendant impropres à la consommation. La maîtrise du risque mycotoxique au champ passe par une meilleure compréhension du champignon et de sa capacité à produire ces toxines.

Mis à jour le 02/11/2016
Publié le 25/10/2016

C’est dans ce contexte que s’inscrivent les activités de recherche développés à MycSA. Différentes approches ciblées ou globales sont mises en œuvre pour décrypter les éléments régulant la production de toxine par le champignon.

Marie Foulongne-Oriol développe depuis trois ans une approche de génétique quantitative pour identifier les déterminants génétiques impliqués dans la régulation de la toxinogénèse, et mieux comprendre leur hérédité.

Elle encadre sur ce sujet Benoit Laurent, étudiant en dernière année de thèse. L’une des premières étapes indispensables au développement de ce type d’approche a été la construction de la première carte génétique haute densité chez F. graminearum.

Work in progress

  Logo WIP - La fabrique de la recherche agronomique © Alain Girard - Inra
© Alain Girard - Inra
 
  
Au travers de la série de vidéos "Work in progress - Dans la recherche de la fabrique agronomique", l'Inra Bordeaux-Aquitaine vous emmène découvrir comment se construisent les recherches. En s’intéressant à la science en train de se faire, et en adoptant un point de vue technique, ces vidéos s’intéressent à l’expérimentation, aux « bricolages » qui mobilisent la générosité et l’ingéniosité des chercheurs, ingénieurs et techniciens.
Et plutôt que de présenter un résultat scientifique finalisé, ces vidéos vous présentent des pistes d’expérimentations faites de doutes, de réussites et, parfois, de remises en question…
  > Découvrir tous les épisodes de Work in progress