Portrait de Bastien Castagneyrol - UMR BIOGECO. © Inra, Alain Girard - Inra

Portraits

« Je suis un forestier, j'agis pour les arbres du futur ! », portrait d'un technicien de la recherche

Luc Puzos est Technicien forestier à l’Unité Expérimentale Forêt de Pierroton Cestas.

Publié le 19/12/2014
Mots-clés :

Comment devient-on technicien à l’Inra ? 

J’ai commencé à travailler à l’Inra en novembre 2006, sans avoir de connaissances particulières dans le domaine des forêts. J’ai en effet un parcours un peu atypique.
J’ai d’abord suivi des études en sciences et technologies de l’agronomie et de l’environnement et obtenu un BTS en viticulture et œnologie en 2000. Puis, j’ai commencé à travailler dans le secteur viticole pendant 4 ans. Ensuite, je me suis réorienté dans la restauration durant quelques années.
J’ai eu la possibilité de venir travailler à l’Unité Expérimentale Forêt de Pierroton grâce à une relation qui travaillait dans cette équipe. Après trois années de CDD qui m’ont permis de découvrir et de me familiariser avec le milieu de la recherche, un poste a été ouvert au concours et j’ai candidaté à l’Unité expérimentale et réussi à décrocher le poste !

 Sur quoi travaillez-vous ? 

Notre Unité Expérimentale a une mission d’interface entre la recherche et la profession forestières. Elle joue également un rôle important dans la vulgarisation des résultats et le développement de la filière forêt-bois en Aquitaine. Nous collaborons ainsi en permanence avec les professionnels comme le FCBA, le CPFA, le CRPF et l’ONF.
Nous travaillons essentiellement sur le Programme d’amélioration génétique sur le Pin maritime qui compose la plus grande forêt d’Europe. C’est une ressource essentielle dans le Bassin Aquitain.
Du fait du changement climatique, des attaques phytosanitaires, des conséquences sur les sols, nous sommes contraints de travailler à adapter le Pin maritime. Notre objectif est donc de créer un arbre qui va s’adapter au mieux au changement climatique.

Comment travaillez-vous au quotidien ? 

Ma mission principale au sein de l’Unité expérimentale est de coordonner, réaliser et assurer le suivi des programmes d’expérimentations forestiers des équipes de recherche partenaires du site de Pierroton, d’autres unités du centre de Bordeaux ou du département Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques de l’Inra (EFPA). Au quotidien, j’exerce un vaste panel d’activités. Je participe à la mise en place de dispositifs expérimentaux en effectuant des relevés topographiques, des piquetages, des habillages des plants, la planification, la préparation, les plantations, inventaires et signalisations de parcelles. J’entretiens les dispositifs, récolte des données et des échantillons identifiés, principalement en forêt, pépinière et serre. Je participe à la sélection et à la production de matériel végétal connu (récolte de glands ou de graines de pin maritime, semis issus de croisements contrôlés, bouturage).
Je participe également aux campagnes de greffage de pin maritime et de bouturage de chêne, de robinier et de tulipier. Dans la pratique, dès que des chercheurs et ingénieurs ont une idée de dispositif à mettre en œuvre, ils font appel à notre unité. Et en tant que techniciens, de par les techniques de travail acquises au cours des années, nous apportons notre expertise sur la faisabilité des projets : sommes-nous capables de le réaliser ? Cela peut-il être conduit dans les conditions du terrain, que nous connaissons de manière précise ? Ce qui est intéressant avec les chercheurs et les ingénieurs, c’est d’abord qu’ils sont eux aussi sur le terrain, et que nous sommes vraiment dans un dialogue où chacun s’écoute et peut exprimer un avis, ou un doute. Le milieu de la recherche m’a tout de suite plu, moi qui venais du secteur privé. Je pense qu’il faut être passionné par ce métier, car c’est très pointu et exigeant. On ne nous demande ni d’aller vite, ni d’être dans la production forcenée, mais on exige de nous des données et des résultats qui soient de qualité. Car derrière, il y a des enjeux. Nous sommes spécialisés dans le Pin maritime et tous les pins plantés dans la forêt landaise dépendent de notre travail quotidien, donc nous n’avons pas le droit à l’erreur…

Contact(s)
Unité expérimentale Forêt de Pierroton :
Luc Puzos

A propos de