• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

« Sauvons les abeilles », l’application smartphone pour lutter contre le frelon asiatique

L’Unité mixte de recherche Santé et agroécologie du vignoble (UMR Save), en partenariat avec la Communauté d’agglomération de Blois, Agglopolys, a développé l’application « Sauvons les abeilles » pour limiter l’impact du frelon asiatique sur son territoire et préserver les populations d’abeilles. Cette collaboration permet à l’UMR Save de valoriser ses recherches sur l’expansion du frelon asiatique ainsi que sur le déploiement d’applications mobiles, au bénéfice des citoyens et de la science.

Frelons asiatiques en vol stationnaire au-dessus d'une ruche (dispositif d'observation, Umr SAVE, domaine de la Grande Ferrade). © Inra, Alain Girard
Mis à jour le 29/07/2016
Publié le 29/07/2016

Récemment, Agglopolys a fait appel aux compétences de l’Unité de recherche Santé et agroécologie du vignoble (UMR Save) afin de développer une application smartphone destinée à la lutte contre le frelon asiatique sur l’agglomération de Blois. « Sauvons les abeilles » est un dispositif expérimental qui permet aux particuliers, depuis leur Smartphone, de localiser et d’engager la destruction de nids de frelons asiatiques. L’application se charge de créer une passerelle entre le particulier et une entreprise spécialisée pour procéder à la suppression d’un nid. L’agglomération de Blois prend en charge la totalité des frais d’intervention, et si le nid se situe sur le domaine public, l’application incite l’utilisateur à se rapprocher de la mairie de sa commune.

L’application « Sauvons les abeilles » sert également de support de médiation. Les utilisateurs peuvent y retrouver différentes informations sur le frelon asiatique et sur les insectes avec lesquels il peut être facilement confondu. Toutes les informations recueillies par le public sont transmises à l’Inra à des fins scientifiques. Néanmoins, l’objectif premier de « Sauvons les abeilles » demeure la préservation directe de l’espèce, qui subit des pertes importantes depuis l’apparition du frelon asiatique. Inconnu jusqu’à peu en Europe, les abeilles n’ont pas eu le temps de mettre en place une stratégie de défense contre ce nouveau prédateur. Quant aux frelons asiatiques, malgré les travaux de recherche conduits sur la question, il n’a pas été encore identifié de prédateurs assez efficaces pour réguler leur population.

Le frelon asiatique détruit les ruches « à l’usure » en limitant le butinage et en prélevant les gardiennes et les fourrageuses, réduisant ainsi les réserves pour la survie à l’hiver. Ce constat est particulièrement grave lorsque l’on considère le rôle essentiel des services écosystémiques rendus par les abeilles domestiques, et notamment celui de la pollinisation. Notre production de fruits et légumes dépend à 80% du travail réalisé par les insectes polinisateurs, dont celui réalisé par les abeilles.

L’unité Save de l’Inra Bordeaux-Aquitaine consacre une partie de ses recherches à lutter contre l’expansion du frelon asiatique. Elle a développé un programme de recherche et de surveillance pour comprendre le comportement du frelon asiatique, et suivre sa prolifération et son incidence sur la biodiversité au niveau national. Les informations recueillies grâce à « Sauvons les abeilles » devraient permettre aux chercheurs d’approfondir leurs connaissances, dans l’espoir d’apporter à la filière apicole des pièges fiables et sélectifs qui aideront à protéger les ruches.

À voir

Une attaque de frelons asiatiques

À découvrir

Sauvons les abeilles. © Inra
© Inra

Téléchargez gratuitement "Sauvons les abeilles" sur les plateformes d'applications en ligne :

Web et smartphones au chevet des plantes malades !

Les plantes cultivées sont affectées par de nombreuses maladies et ravageurs. La richesse des technologies de l’information et de la communication (TIC) a permis à l'unité de recherche Save d'initier, dès le début des années 2000, le développement de sites web et d'applications nomades associées en santé des plantes. Ces outils permettent d’agréger, de structurer, et de diffuser, en particulier auprès des techniciens de terrain et des producteurs, les connaissances scientifiques et l'expertise technique des professionnels.

Ces applications disposent de deux modules complémentaires : Di@gnoplant aide au diagnostic, renseigne, et forme en protection des plantes, Vigipl@nt permet de surveiller les cultures, de signaler les bioagresseurs courants et émergents. Ce continuum de connaissances, de la recherche au terrain et réciproquement, fait maintenant merveille au pays de la santé des plantes !

> Découvrir l'ensemble des applications développées