• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Visite de M. Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural, à l’Institut des sciences de la vigne et du vin

Mercredi 5 juillet 2017, M. Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural, a été accueilli à l’Institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV). Cette visite qui a permis d’évoquer les recherches conduites par l'Inra et ses partenaires autour des cépages résistants et l’acceptabilité par les consommateurs des nouveaux vins, s’est conclue par la signature du Pacte d’ambition régionale pour l’agriculture biologique 2017-2020 en Nouvelle-Aquitaine. 

Visite de Phil Hogan, Commissaire européen à l'agriculture et au développement rural à l'ISVV, le 5 juillet 2017 © Alain  Girard
Mis à jour le 10/07/2017
Publié le 06/07/2017

Recherches et innovations pour une viticulture durable

 

La visite a permis aux chercheurs de l'Inra et ses partenaires d’exposer au commissaire européen les travaux conduits sur la conception et la mise en œuvre de cépages résistants. L’Inra est engagé depuis plusieurs années dans la création de cépages résistants à deux maladies phares de la vigne : l’oïdium et au mildiou. Les expérimentations menées dans le cadre du réseau DEPHY (réseau de démonstration du Plan Ecophyto) montrent que ces nouveaux cépages permettent de réduire très sensiblement l’usage des pesticides en viticulture. Initié en 2011, par l’Inra Nouvelle-Aquitaine-Bordeaux, le dispositif expérimental ResIntBio (1,8 ha) permet d’évaluer sur le long terme trois systèmes de cultures faiblement consommateurs d’intrants, dont les pesticides. Deux systèmes associent des méthodes alternatives d’optimisation de l’efficience d’un nombre réduit de traitements phytosanitaires autorisés en agriculture conventionnelle (système INT) ou en agriculture biologique (système BIO). Le troisième système (RES) repose sur l’utilisation d’une variété résistante au mildiou et à l’oïdium (INRA-IJ134).  Depuis cinq ans, les trois systèmes sont évalués par de nombreux indicateurs : recours aux pesticides, maîtrise des bioagresseurs, rendement et qualité des vins, mais également temps de travail et coût de production. Les résultats obtenus sont très encourageants : les trois systèmes montrent notamment des potentialités importantes de réduction de l’Indice de Fréquence de Traitement (IFT) par rapport aux pratiques de référence. C’est tout particulièrement le cas pour le système RES, mobilisant les variétés résistantes, qui affiche une réduction de 96% des pesticides.

Au travers d’un atelier-dégustation, les chercheurs ont ensuite présenté au commissaire européen une démarche d’économie expérimentale permettant d’évaluer l’acceptabilité par les consommateurs des nouveaux vins (sans résidus de pesticides, biologiques ou issus de cépages résistants) et leur consentement à payer ces nouveaux produits. Cet atelier a permis d'illustrer les dispositifs du projet européen VINOVERT-interreg SUDOE menés entre l’ISVV et l’Unité expérimentale Inra de Pech rouge.

Dégustation à l'aveugle des nouveaux vins, avec Phil Hogan, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural et Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. © Inra, Alain  Girard
Dégustation à l'aveugle des nouveaux vins, avec Phil Hogan, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural et Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine © Inra, Alain Girard
 

Signature du Pacte d’ambition régionale pour l’agriculture biologique 2017-2020 

 

La visite de M. Phil Hogan s’est conclue par la signature d’un pacte couvrant la période 2017-2020 qui vise à accompagner le développement et la croissance de l’ensemble de la filière agriculture biologique de Nouvelle-Aquitaine.

Ce pacte a été signé par Pierre Dartout, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, et Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Cette signature s’est déroulée en présence de Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural, de Manuel Tunon de Lara, président de l’université de Bordeaux et d’Alain Blanchard, directeur de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin. Le pacte est réalisé en partenariat étroit avec les organisations agricoles (InterBio, FRAB et Chambre régionale d’agriculture), également signataires.

 

Signature du pacte d’ambition régionale pour l’Agriculture Biologique Nouvelle-Aquitaine. © Inra, Alain  Girard
Signature du pacte d’ambition régionale pour l’Agriculture Biologique Nouvelle-Aquitaine © Inra, Alain Girard

> Télécharger le dossier de presse

L'institut des sciences de la vigne et du vin

Au cœur de la première région productrice de grands vins au monde, l'Institut des sciences de la vigne et du vin de l'université de Bordeaux, qui a ouvert ses portes en 2009, est un pôle international de formation, de recherche et de développement pour relever les défis de la filière vitivinicole de demain. Il regroupe l'ensemble des équipes de l’université de Bordeaux, de l’Inra (UMR SAVE, UMR EGFV et USC Oenologie), de Bordeaux Sciences Agro, de l’université Bordeaux Montaigne, de Sciences Po Bordeaux et KEDGE  Business School  qui interviennent dans la recherche et la formation dans le secteur vitivinicole. Ces équipes de recherche et les étudiants de l’Institut bénéficient du cadre exceptionnel d’un bâtiment de 10 000 m2, implanté en bordure du domaine de l’Inra au milieu de 10 hectares de vigne de parcelles expérimentales tout en restant au cœur de la métropole bordelaise, à Villenave d'Ornon

> + d'infos