• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

La Fondation pour la recherche médicale soutient des travaux bordelais sur le rôle des acides gras dans la lutte contre la dépression

Sophie Layé, Directrice du laboratoire NutriNeuro, a obtenu la labellisation de son équipe de recherche par la Fondation pour la recherche médicale (FRM) pour développer un projet (PRINSS) dont les travaux visent à étudier les mécanismes neuroprotecteurs des acides gras polyinsaturés n-3 (oméga 3) dans la dépression.

Equipe NutriNeuro - Centre Bordeau-Aquitaine. © Inra, Alain Girard
Mis à jour le 13/04/2017
Publié le 13/04/2017

A l’échelle mondiale, la dépression affecte environ 350 millions de personnes par an et constitue la première cause d’invalidité. Les travaux récents, notamment conduits par l’unité mixte de recherche NutriNeuro (Nutrition et Neurobiologie intégrée / Inra – université de BordeauxBordeaux INP), se sont attachés à étudier le rôle des acides gras polyinsaturés n‑3 (oméga 3) dans la pathophysiologie – ou processus pathologiques altérant les activités physiologiques –  des troubles de l’humeur.

Ces acides gras polyinsaturés n-3, essentiels à l’organisme, mais qu’il ne peut pourtant produire, sont fournis exclusivement par l’alimentation et parviennent au cerveau par le sang. Thon, sardine, maquereau et tous les poissons gras en général mais également les huiles de noix, de soja sont les principales sources des oméga 3. Ils sont impliqués dans un certain nombre de processus comme la neurotransmission, la survie des cellules, la neuro-inflammation et par conséquent agissent sur l’humeur et la cognition.

Afin d’explorer leur rôle protecteur sur les mécanismes pathophysiologiques cérébraux, les chercheurs vont développer le projet PRINSS (Neuroprotective mechanisms of n-3 polyunsaturated fatty acids in depression), piloté par Sophie Layé. Le but est d'examiner chez un modèle animal de type rongeur (modèle murin) comment ces acides gras polyinsaturés protègent/corrigent les altérations synaptiques des circuits neuronaux et des comportements émotionnels. Ces travaux combineront des approches lipidomiques, électrophysiologiques, de microscopie à haute résolution, opto-génétiques et comportementales.

Cette labellisation par la Fondation pour la recherche médicale permettra d’investir directement 399000€ dans ces travaux (acquisition de matériel d’électrophysiologie in vivo, chercheur postdoctoral, fonctionnement) pour ouvrir de nouvelles perspectives scientifiques et offrir, à terme, de nouvelles stratégies nutritionnelles et thérapeutiques dans la lutte contre la dépression.

A propos de

La Fondation pour la recherche médicale (FRM)

La Fondation pour la recherche médicale a pour mission de développer la recherche médicale dans tous les domaines : maladies neurologiques, cancers, maladies cardiovasculaires, maladies infectieuses, maladies rares, etc. Chaque année, elle permet le développement en France de plus de 450 nouvelles recherches. En 2015, la Fondation pour la recherche médicale a ainsi consacré 44,3 millions d’euros à la recherche fondamentale et appliquée.

> + d'infos