• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
. © Inra, Luc Barbaro

Des oiseaux insectivores pour contrôler les insectes ravageurs des vignobles ?

Depuis vingt ans, les chercheurs de l’Inra Bordeaux-Aquitaine conçoivent des stratégies alternatives à l’usage des produits phytosanitaires dans les vignobles et explorent notamment les voies de la lutte biologique. Une des pistes examinées vise à comprendre les modalités de prédation des populations d’insectes ravageurs de la vigne par leurs ennemis naturels, notamment les arthropodes parasitoïdes et prédateurs, et plus récemment par les oiseaux et chauves-souris insectivores. Dans un article publié le 25 juillet 2016 dans la revue Journal of Applied Ecology, les chercheurs démontrent que la lutte biologique exercée par les oiseaux contre ces ravageurs est guidée par les interactions entre la diversité fonctionnelle des communautés d'oiseaux et l’hétérogénéité du paysage. Ces résultats invitent à repenser la gestion des vignobles à plusieurs échelles spatiales pour favoriser,in fine, une viticulture moins impactante sur l’environnement.

Publié le 11/10/2016

Les oiseaux insectivores sont aujourd’hui reconnus pour les services qu’ils rendent aux agroécosystèmes en matière de lutte contre les insectes ravageurs. Cependant, bien qu’il ait été démontré que les activités de recherche de nourriture et la diversité fonctionnelle (ou diversité des traits biologiques et écologiques) au sein des communautés d’oiseaux augmentent avec la proportion d’habitats semi-naturels dans les paysages, peu de connaissances existent sur les conséquences de ces variations sur les niveaux de régulation naturelle des insectes ravageurs.

Pour explorer ces relations, les chercheurs ont échantillonné les communautés d’oiseaux et mesuré les niveaux de prédation des lépidoptères par les oiseaux (à l’aide de modèles de proies fictives) dans vingt vignobles du Sud-Ouest de la France. Les vingt vignobles échantillonnés ont été sélectionnés de manière à analyser les effets relatifs de la modalité d’enherbement de l’inter-rang à l’échelle de la parcelle et de l’hétérogénéité du paysage. Des indices de diversité fonctionnelle des communautés d’oiseaux ont ensuite été calculés sur la base de traits fonctionnels incluant la masse corporelle, la taille et la date des pontes, le régime alimentaire, la méthode d’alimentation, les sites de nidification, les stratégies de migration et la taille des domaines vitaux.

Contrairement aux attendus des chercheurs, les observations ont montré que la diversité fonctionnelle des oiseaux diminuait avec l’hétérogénéité à l’échelle du paysage. En fait, l’abondance des oiseaux insectivores glaneurs du feuillage (donc les plus susceptibles de limiter les ravageurs de la vigne) augmentait bien avec la proportion d’habitats semi-naturels dans le paysage, à la différence de la diversité fonctionnelle des oiseaux. Il y a donc bien un effet positif de l’hétérogénéité à l’échelle du paysage sur la vigne. De plus, les chercheurs ont montré que la diversité fonctionnelle des oiseaux était plus élevée dans les vignobles partiellement enherbés, comme c’était attendu.

Les travaux des chercheurs ont ainsi démontré que l’hétérogénéité tant à l’échelle locale qu’à l’échelle du paysage influence les espèces d’oiseaux insectivores dans les vignobles en interagissant avec la structure des communautés d’oiseaux. Ces résultats fournissent des informations clés pour l’intensification écologique des vignobles et montrent notamment que les choix de gestion doivent être adaptés tant à la composition fonctionnelle des communautés locales d’oiseaux qu’à l’hétérogénéité des habitats tant à l’échelle locale que paysagère. Les chercheurs suggèrent donc de combiner des options de gestion à de multiples échelles spatiales afin de faciliter les services de régulation naturelle rendus par les oiseaux pour lutter contre les insectes ravageurs. Il peut s’agir notamment de favoriser l’hétérogénéité locale de l’enherbement et de préserver des fragments d’habitats semi-naturels dans les paysages viticoles les plus intensifs.

Référence scientifique

Barbaro L. , Rusch A., Muiruri E.W., Gravellier B., Thiery D., Castagneyrol B., 2016, Avian pest control in vineyards is driven by interactions between bird functional diversity and landscape heterogeneity, Journal of Applied Ecology, DOI: 10.1111/1365-2664.12740.

Pour aller + loin

L'article "Avian pest control in vineyards" a fait l'objet d'un discussion et d'un post sur The Applied Ecologist's Blog.

> Accéder au blog