• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Barry Gardiner reçoit un Dr honoris causa de l’Université Laval

Barry Gardiner a apporté une contribution significative aux sciences forestières, notamment par la conception d’une approche de recherche innovante du dégât des vents sur les arbres, le chablis. Ses travaux sont aujourd’hui salués par l’université Laval (Canada) qui lui attribue le doctorat honoris causa en sciences du bois.

Barry Gardiner reçoit le titre de Dr honoris causa en sciences du bois de l'université Laval (Canada). © Université Laval
Mis à jour le 23/06/2016
Publié le 12/06/2016

Diplômé de physique en 1976 de l’Université de Durham, Barry Gardiner prolongea son cursus pour obtenir son doctorat en sciences de l’atmosphère à l’Université de Manchester en 1983. Après avoir travaillé aux États-Unis, il revint au Royaume-Uni en 1987 afin d’initier des travaux sur la problématique des dommages causés par le vent sur les forêts, au sein du Forest Research en Écosse.

Ses recherches impliquaient des mesures de turbulence au-dessus des forêts, du vent sur les arbres et des flux d’air sur les reliefs. En mobilisant ces données, il développa un modèle de risque permettant de prédire la probabilité de dommages causés par le vent sur les forêts (ForestGALES). Son simulateur de risque a été adapté aux conditions de nombreux pays, dont le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la France et le Brésil.

De l’analyse de la rupture des troncs d’arbre lors de vents violents, son intérêt et ses recherches glissèrent progressivement vers l’étude des propriétés du bois des arbres cultivés au Royaume-Uni. Il devint le leader d’un programme de recherche sur les propriétés du bois initié en 1999 au Forest Research.

En novembre 2011, il quitta cet Institut de recherche afin de rejoindre l’Inra Bordeaux-Aquitaine pour une durée de quatre ans dans le cadre d’un « package scientifique ». Ses travaux cherchaient à analyser l’impact de la fragmentation du paysage sur les risques liés aux dommages causés par les vents.

En mars 2016, il intégra l’European Forest Institute (EFI) Atlantic pour travailler sur la modélisation des risques abiotiques en forêt, tout en conservant un ancrage à l’Inra, ainsi qu’au Forest Research.

Au cours de sa carrière, il a publié plus de 80 articles scientifiques et chapitres d’ouvrage, édité deux ouvrages et rédigé de nombreux guides techniques dédiés à la filière forestière. Ses travaux ont des impacts très concrets sur les pratiques forestières, notamment au Royaume-Uni autour de son modèle ForestGALES.

Mini-CV

  • 61 ans, marié, 2 enfants
  • Depuis 2011 : Directeur de Recherche à l’Inra Bordeaux-Aquitaine, France (package scientifique)
  • Depuis 1987 : Research Fellow à Forest Research, Roslin, Scotland

 Distinction

  • Doctorat honoris causa en sciences du bois à Université Laval, Québec, Canada, juin 2016