1970-1976 / Des outils innovants pour la pêche électrique

Au début des années 1970, Pierre Lamarque et Claude Gosset, respectivement chercheur et ingénieur à l’Inra de Bordeaux, ont conçu de nouveaux appareils de pêche électrique. Les appareils créés lors de cette collaboration ont révolutionné les méthodes d’échantillonnages de population de poissons. Quoique peu conventionnelle, la pêche électrique est aujourd’hui largement utilisée. Son usage est strictement réglementé, car son efficacité est remarquable.

1970-1976 / Des outils innovants pour la pêche électrique. © Inra, Alain Girard

Au début des années 1970, le laboratoire d’électrophysiologie de la station d’hydrobiologie Inra de Biarritz souhaitait développer la technique de pêche électrique. Plus facile, plus rapide et plus respectueuse des poissons lorsqu’elle est bien pratiquée, la pêche électrique offre bien des avantages en comparaison des méthodes de pêche traditionnelle. Étonnamment, elle permet d’attirer les poissons et donc de faciliter leur capture.

Le projet débute en 1969 lorsque Claude Gosset, alors jeune diplômé en ingénierie électronique, est recruté pour rejoindre l’équipe de Pierre Lamarque, alors chargé de recherche, à Biarritz. L’objectif est de créer de nouveaux appareils de pêche électrique. Les instruments déjà présents sur le marché, et destinés à la pratique de cette technique de pêche, n’étaient pas adaptés aux usages de la recherche. La méthode de pêche électrique est simple. On crée un champ électrique en courant continu dans l’eau. Les poissons sont attirés vers l’anode (pôle +), au voisinage de laquelle ils sont « endormis » (galvanonarcose) et sont alors capturés à l’aide d’épuisettes.

La collaboration étroite entre le chercheur et l’ingénieur prend forme. D’un côté, Pierre Lamarque étudie les mécanismes des réactions nerveuses et musculaires du poisson lorsqu’il évolue dans un champ électrique. De l’autre, Claude Gosset s’interroge sur le développement technique de nouveaux appareils. Les travaux du chercheur permettent à l’ingénieur de définir les caractéristiques de l'instrument, notamment la forme du courant, la plage des tensions et la puissance à utiliser.  S’ensuivent la création de prototypes et leur expérimentation. Les conditions pour optimiser l’efficacité des appareils de pêches électriques sont multiples. Les essais de pêches permettent d’ajuster l’efficacité des prototypes suivant la nature des milieux (conductivité, température, salinité, etc.) et les espèces capturées. En fonction des résultats, Claude Gosset élabore des prototypes dont plusieurs seront finalement brevetés et commercialisés.

La pêche électrique est une méthode efficace et peu dangereuse pour le poisson si elle est bien pratiquée. Elle est cependant soumise à une réglementation stricte en France. Elle est interdite d’usage aux particuliers ou aux pécheurs commerciaux pour des raisons de préservation des espèces et de sécurité. Seules des organisations agréés peuvent utiliser des dispositifs électriques, et ce dans l’unique but d’échantillonner les populations de poissons en eau douce et d’étudier leurs évolutions. Plus de trente ans après leur création, les appareils de Pierre Lamarque et Claude Gosset sont toujours utilisés aujourd’hui.

A télécharger