XVIIe -2016 / L’histoire du Château Couhins

L’histoire dense et complexe de Château Couhins lui permet de proposer aujourd’hui des vins de qualité qui combinent savoir-faire viticole et innovations scientifiques. Devenu Cru classé de Graves en 1959 et, par la suite propriété de l’Inra, l’histoire du Château Couhins rend ses vins uniques.

XVIIe -2016 / L’histoire du château Couhins. © Inra, Alain Girard
Mis à jour le 12/09/2016
Publié le 09/09/2016

Château Couhins, signifiant “confins” en vieux gascon, tient son nom de sa situation géographique aux confins de l'ancien Comté d’Ornon. Jusqu'au XVIIe siècle, il ne forme qu’un seul domaine avec le Château Carbonnieux. Tous deux partagent ainsi une origine viticole probablement très ancienne, à l’instar des grands vignobles suburbains de Bordeaux.

Les archives se montrent particulièrement discrètes sur le devenir du vignoble sous l’Ancien Régime. On sait néanmoins qu’à la fin du XVIIe siècle, le domaine appartient à la famille Banchereau, une famille de notaires bordelais, et émarge sous le nom de “Bourdieu de la Gravette”. En 1760, la carte de Pierre Belleyme, géographe du roi Louis XV, atteste l’importance du vignoble sans qu’il soit possible d’en préciser la superficie. Les vins rouges constituaient alors la principale production du domaine.

Dans les années 1880, l’exploitation échoit à un négociant bordelais bien connu, Constantin Hanappier. Ensuite, par le biais de mariages et d’héritages, l’exploitation intègre le patrimoine viticole de la famille Gasqueton déjà propriétaire des châteaux Calon Ségur et Capbern Gasqueton à Saint-Estèphe. C’est à cette époque que les vins blancs font leur apparition au sein du vignoble. Sous la houlette avisée d’Edouard Gasqueton, le domaine impose l’image d’un cru d’exception confortée par l’achat du château du “Pont de Langon” qui, rattaché à Couhins, permet de porter le vignoble à un vaste ensemble de 60 hectares.

Dans les années 1950, la production de Couhins atteint un niveau de notoriété enviable. Le prix du tonneau s’établit régulièrement autour de 60.000 francs, plaçant le domaine dans le peloton de tête des crus de Graves. C’est ainsi que, lors du classement de 1959 établi sur la base des notes des courtiers bordelais, le Château Couhins se voit promu Cru Classé de Graves.

En 1962, la mort d’Edouard Gasqueton vient interrompre cette période d’embellie et amorce une période de difficultés. Le contexte troublé des années 1960, avec son cortège de millésimes difficiles, oblige ses héritiers à faire des choix économiques. Après avoir concédé un bail à André Lurton sur une partie de l’exploitation, l’ensemble de la propriété est mis en vente en 1968. L’Inra se porte alors acquéreur des terres de Couhins, tout en confirmant le bail consenti à André Lurton. Château Couhins est alors sauvé in extremis de la disparition.

À la suite du rachat, l’Inra commence la restructuration du vignoble avec en 1981 la construction d’un chai pour reprendre en main la production du Château Couhins. Parallèlement à cela, l’Inra vend 1,5 hectares à André Lurton qui crée du coup Couhins-Lurton. Aujourd’hui, Château Couhins affiche une superficie de vingt-sept hectares et met en œuvre un mode de production inspiré de traditions et de résultats de la recherche viticole. Le programme scientifique du château s’oriente autour de la production « intégrée », de la réduction d’intrants et de la viticulture de précision pour proposer de nouvelles pratiques culturales dans le cadre d’une viticulture durable. Couhins est la vitrine technologique de l’Inra : un lieu de production d’un Grand Cru Classé et un lieu de démonstration des dernières techniques viticoles innovantes issues de la recherche agronomique.