• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

1970-1973 / Un agent bactérien en forme de tire-bouchon découvert par des chercheurs bordelais

La découverte de l’agent bactérien Spiroplasma citri, dont la morphologie singulière rappelle un tire-bouchon, est le résultat de deux recherches indépendantes, la première portant sur une maladie des agrumes, le stubborn, la seconde sur une maladie du maïs, le corn stunt.

1970-1973 / Un agent bactérien en forme de tire-bouchon découvert par des chercheurs bordelais. © Inra, Alain  Girard
Mis à jour le 24/06/2016
Publié le 24/06/2016

Le stubborn, maladie véhiculée par des cicadelles (insectes), affecte sévèrement les agrumes, et particulièrement les orangers et pamplemoussiers. Elle contraint le développement des arbres, perturbe la floraison et peut conduire à l’absence de fruits, avec des conséquences très néfastes sur le rendement et la qualité des récoltes. Elle est particulièrement répandue autour du bassin méditerranéen et en Amérique du Nord et a constitué l’un des objets de recherche de Joseph-Marie Bové depuis la fin des années 1950. Ces efforts de recherche ont principalement été conduits à l’Inra Bordeaux, à Villenave d’Ornon. Les résultats obtenus sur le stubborn ont montré en 1970 que des bactéries sans paroi de morphologie sinusoïdale étaient associées au stubborn.

En 1972, d’autres recherches sur la maladie du maïs ont révélé la présence de filaments hélicoïdaux trouvés de manière systématique chez les plantes présentant des symptômes. Ces filaments furent appelés « spiroplasma ».

L’équipe de Joseph-Marie Bové réussit à cultiver la bactérie responsable du stubborn dans un milieu de culture dérivé de celui utilisé pour les mycoplasmes, des bactéries que l’on trouve chez les animaux et l’homme. Cette bactérie, une fois cultivée, a été finement analysée par un groupe d’experts internationaux, fidèles collaborateurs du laboratoire aquitain. Ces travaux collectifs ont confirmé la morphologie hélicoïdale tout à fait particulière de cet organisme qui se propage en tournant sur lui-même et le nom de Spiroplasma citri fut adopté par la communauté scientifique internationale en 1973.

Le genre Spiroplasma allait se révéler être un genre bactérien extrêmement large, mais avec des hôtes peu nombreux chez les plantes mais très variés chez les arthropodes du moustique à l’écrevisse. Les travaux menés par l’équipe bordelaise ont ainsi ouvert la voie à l’étude d’une très vaste famille de bactéries. A ce jour, les autres bactéries phytopathogènes sans paroi, responsables de maladies du végétal comme le phytoplasme de la Flavescence dorée, demeurent non cultivées. Cela constitue un nouveau défi à relever pour un des laboratoires de l’Institut de biologie végétale moléculaire (IBVM) créé par Joseph-Marie Bové.