• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Un réseau de 100 capteurs a été mis en place pour modéliser et cartographier à échelle très fine la variabilité climatique dans la région de Saint-Emilion, Pomerol et leurs satellites. Ce dispositif s'inscrit dans le cadre du projet Européen LIFE ADVICLIM. © Inra, Laure de Rességuier / Bordeaux Sciences Agro

De la parcelle au verre, le changement climatique mobilise la recherche sur la vigne et le vin

Mis à jour le 26/07/2017
Publié le 23/06/2016

Face au défis induits par le changement climatique pour la filière vigne et vin en France, de nombreux travaux sont conduits en région Nouvelle Aquitaine par l’Inra, l’université de Bordeaux et Bordeaux Sciences Agro, au sein de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV).

Les travaux de recherche conduits à Bordeaux analysent l’impact de l’évolution du climat, et notamment de la température qui joue un rôle essentiel sur la composition des raisins. Les scientifiques travaillent ainsi à modéliser ses effets à l’échelle de la plante pour pouvoir simuler ses impacts sur le long terme (unité de recherche EGFV). Ils étudient également les effets du climat sur les précurseurs d’arômes, composés phénoliques et les autres composantes de la qualité des baies de raisin (unité de recherche Œnologie). Des études complémentaires portent sur les adaptations possibles en matière technique, comme le choix du matériel végétal, les cépages et porte-greffes, ou la valorisation de la variabilité spatiale du climat à l’échelle d’une petite région viticole. D’autres travaux s’attachent par ailleurs à mieux comprendre les interactions entre le climat et les maladies de la vigne (unité de recherche SAVE).

Pour valider sur le terrain l’ensemble de ces recherches, les scientifiques s’appuient sur l’unité expérimentale viticole de l’Inra, située sur le Domaine de la Grande Ferrade à Villenave d’Ornon (33).

Les sciences sociales, via des recherches en économie expérimentale, sont également mobilisées afin d’évaluer la perception du changement climatique par les producteurs, leur possibilité de s’adapter et les coûts financiers supplémentaires éventuellement supportés. Enfin, les conséquences en matière de consommation des vins sont également analysées du point de vue économique (unité de recherche GREtha).

L’ensemble de ces recherches est soutenu financièrement par le Comité Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), la Région Nouvelle-Aquitaine, l’Union Européenne, le Labex COTE et l’Agence Nationale pour la Recherche.