. © © INRA, Yaël Kouzmine / Inra

L'arbre (re)sources d'innovations

Xylosylve // Le trésor caché des forêts : la biomasse

La plateforme Xylosylve vise à évaluer l'équilibre environnemental de systèmes de production intensifs de bois et de biomasse ligneuse.

. © © INRA, Mission communication Inra Bordeaux Aquitaine
© © INRA, Mission communication Inra Bordeaux Aquitaine

Enjeux

La biomasse forestière permet d’élargir la notion de production forestière en utilisant une matière première issue de l’arbre, peu valorisée jusqu’ici. Elle présente de nombreux intérêts :

  • elle permet de diversifier les revenus issus de la production forestière (énergie, fibres, bois, etc.)
  • dans le contexte de la réduction progressive des énergies fossiles, elle constitue une nouvelle source d’énergie à moindre émission de CO2
  • enfin, elle est une ressource abondante et renouvelable, notamment en Aquitaine, première région forestière de France.

Mais assurer une production suffisante et durable de biomasse forestière implique de développer les connaissances pour optimiser les pratiques forestières et prévoir, notamment, les impacts du changement climatique sur les futures forêts cultivées.

Qu’est-ce que la biomasse forestière ?
La biomasse est l’ensemble de la matière organique d’origine végétale ou animale. Elle peut être issue de forêts, milieux aquatiques, parcs et jardins, industries générant des co-produits ou des déchets organiques. La biomasse d’origine forestière comprend plus spécifiquement : le bois d’oeuvre, le bois de trituration destiné à l’industrie du papier et des panneaux, et le bois énergie. Il faut également intégrer les déchets, sous-produits et coproduits provenant de l’industrie du sciage, ainsi que les produits en bois en fin de vie.

Que cherche-t-on ?

Imaginer les écosystèmes forestiers de demain qui favorisent la production de biomasse

  • observer et comprendre l’évolution et l’adaptation de ces nouvelles forêts cultivées au changement climatique
  • mesurer leurs impacts sur l’environnement Adapter les pratiques forestières
  • évaluation des différentes options de sylviculture pour favoriser la production de biomasse forestière : quelles espèces complémentaires au Pin maritime choisir ? (eucalyptus, chêne rouge, bouleau, etc.) Quelles pratiques sylvicoles favoriser (densité de plantation, mélange d’espèces, techniques de plantation etc.) ?
  • proposer des systèmes de culture forestière adaptés aux besoins des professionnels de la filière forêt-bois et bio-économie, ainsi qu’aux attentes environnementales

Ce que cela va changer dans notre quotidien

  • Les paysages des forêts cultivées de notre région pourraient ainsi être amenés à évoluer avec l’introduction de nouvelles essences.
  • L’usage croissant de la biomasse forestière pourrait renouveler nos usages énergétiques individuels et collectifs :
    • chaleur : alimenter des chaufferies collectives (copeaux et sciure de bois) et les poêles individuels (bûches, granulé) ;
    • carburant : production d’éthanol pour alimenter des moteurs à pistons, et production d’autres biocarburants (biomazout ou la biohuile) qui constituent des alternatives au mazout lourd ou à l’huile usée dans l’industrie.
    • électricité : pour produire de l’électricité, par exemple, en chauffant de l’eau dans un circuit fermé, la pression créée fait tourner une turbine. Cette dernière entraîne un générateur qui convertit le mouvement en électricité.
. © © INRA, Mission communication Inra Bordeaux-Aquitaine
© © INRA, Mission communication Inra Bordeaux-Aquitaine