• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Campus Forêt-Bois de Cestas-Pierroton. © Inra, Alain Girard - Inra

Nos unités de recherche

Infections humaines à mycoplasmes et à chlamydiae (IHMC)

L’Unité Infections humaines à mycoplasmes et à chlamydiae est une unité de recherche labellisée par l’Inra (Unité sous contrat - USC) et l’université de Bordeaux (Equipe d’accueil - EA), internationalement reconnue pour son expertise dans le domaine des infections humaines à mycoplasmes depuis plus de vingt-cinq ans.

Mis à jour le 06/11/2017
Publié le 06/11/2017
Mots-clés : UNITE DE RECHERCHE

Elle est membre de la fédération de recherche TransBioMed au sein de l’université de Bordeaux. Reconnue par le Ministère de la Santé et Santé Publique France comme Centre National de Référence (CNR) des chlamydiae de 1999 à 2016, elle vient d’être nommée laboratoire coordonnateur du CNR des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) bactériennes pour la période 2017-2021. Elle a un partenariat fort avec le CHU de Bordeaux, les enseignants-chercheurs de l’unité étant tous hospitalo-universitaires travaillant dans les domaines de la microbiologie clinique, de l’infectiologie ou de la rhumatologie.
L’objectif de l’Unité est le développement de la recherche translationnelle en microbiologie clinique sur les infections humaines à mycoplasmes et à chlamydiae. Ces bactéries ont un certain nombre de caractéristiques en commun. Elles sont responsables d’infections des voies génitales et des voies respiratoires et peuvent être impliquées dans les maladies chroniques comme l’asthme.
Notre objectif est de mieux comprendre le rôle pathogène de ces bactéries, d’accroître la connaissance de leur épidémiologie et d’améliorer les méthodes de diagnostic et de traitement des infections qu’elles provoquent.

Axes scientifiques

1. Génomique comparative des mycoplasmes humains, pour deux espèces pathogènes, Mycoplasma pneumoniae responsable d’infections respiratoires et Mycoplasma hominis responsable d’infections urogénitales et néonatales.

Mycoplasma pneumoniae adhérant aux cellules épithéliales (microscopie électronique) © E. Jacobs / University of Dresden
Mycoplasma pneumoniae adhérant aux cellules épithéliales (microscopie électronique) © E. Jacobs / University of Dresden

2. Interaction des mycoplasmes avec leur hôte et notamment l’interaction de M. hominis avec le système immunitaire inné chez l’homme.

Colonies de Mycoplasma hominis (grossissement x70) © H. Renaudin / IHMC
Colonies de Mycoplasma hominis (grossissement x70) © H. Renaudin / IHMC

3. Epidémiologie et diagnostic des infections à mycoplasmes et à C. trachomatis : diagnostic moléculaire, méthodes de typage moléculaire, étude de la sensibilité aux antibiotiques, de la résistance acquise aux antibiotiques et études épidémiologiques des infections à C. trachomatis, M. pneumoniae, Mycoplasma genitalium, M. hominis et Ureaplasma spp.. Cet axe scientifique comprend les activités de recherche du CNR sur les IST bactériennes dues à C. trachomatis et aux mycoplasmes urogénitaux.

Inclusions de Chlamydia trachomatis en  CULTURE CELLULAIRE , colorées par des anticorps monoclonaux fluorescents en microscopie optique (grossissement x400) © B. de Barbeyrac / IHMC
Inclusions de Chlamydia trachomatis en CULTURE CELLULAIRE , colorées par des anticorps monoclonaux fluorescents en microscopie optique (grossissement x400) © B. de Barbeyrac / IHMC

Collaborations et partenariats scientifiques

  • Au sein de l’université de Bordeaux, IHMC collabore étroitement avec l’UMR 1332 (équipe mollicutes), dans le domaine des mycoplasmes. Elle collabore également avec l’UMR CNRS CIRID 5164, le Centre Génomique Fonctionnelle Bordeaux (CGFB) et le Centre de Bioinformatique de Bordeaux (CBiB).
  • Collaborations nationales : ENVT (UMR INRA 1225), Anses Lyon, Anses Maison Alfort, CEA-Génoscope Evry, CEA Fontenay-aux-Roses, CHU de Caen, CHU de Limoges, APHP Hôpital Saint-Louis, Université Paris-Orsay, Institut Pasteur et Université Versailles-Saint Quentin.
  • Collaborations internationales : Denmark, Statens Serum Institut; Germany, University of Dresden; Israel, Hebrew University of Jerusalem; The Netherlands, VU University Medical Centre, University of Maastricht; Japan, Kitasato University, Sapporo Tokushukai Hospital; Spain, Centre for Genomic Regulation (CGR); Anova Health Institute, South Africa; Sweden, Uppsala University Hospital; Tunisia, Centre National de Greffe de Moelle Osseuse ; United Kingdom, Health Protection Agency, University of St Andrews, University of Southampton; USA, University of Alabama at Birmingham, University of Washington at Seattle, Mayo clinic at Rochester.
  • Coordination par l’unité du study group on human mycoplasmas (ESGMI) of the European Society of Microbiology and Infectious Diseases (ESCMID) depuis 2013. Ce groupe vise à étudier et à améliorer le diagnostic, le traitement, le contrôle et la prévention des infections humaines à mycoplasmes.

Projets remarquables

L’unité, via le CNR des infections à chlamydiae, est un partenaire majeur du projet sur les infections sexuellement transmissibles de la cohorte i-Share (Initiative d’excellence, IDEX Bordeaux), conduit par l’unité INSERM U657, Institut Pasteur/Univ. Versailles-Saint Quentin (www.i-share.fr). Ce projet consiste en un essai clinique pour évaluer l’efficacité d’un dépistage précoce de l’infection à Chlamydia trachomatis et de son traitement chez les jeunes étudiantes de plusieurs université françaises pour prévenir les infections génitales hautes avec risque de stérilité, dues à ce microorganisme.

L'unité est actuellement composée de 14 personnes dont 6 enseignants-chercheurs, 6 BIATSS titulaires et CDD et 2 doctorants. Elle accueille annuellement plusieurs chercheurs étrangers pour les former dans le domaine du diagnostic et de l’épidémiologie des infections à mycoplasmes et à chlamydiae.

Contact(s)
Directrice de l'unité de recherche :
Cécile BEBEAR (+33 (0) 5 57 57 16 25)